AS gmf
AS gmf
Actualités Ski alpin Randonnées Voyage, trekking
   
     
 
 
  La vie de l'AS  
  Actualité du : 21/09/2018 ________________________________
 
ACTIVITES

LA SEMAINE DE MORZINE , c'est maintenant qu'il faut commencer à y penser!

LES DATES:

Ce sera du samedi 12 Janvier au samedi matin 19 janvier 2019.
Nous espérons vous y voir nombreux, surtout si la neige est aussi belle et abondante qu'au début de cette année.
La diffusion paraîtra vers la fin du mois.
A très bientôt.
A.E.

______________________________________________________

 

 
  Ski alpin
  Actualité du : 02/02/2018 ________________________________

MORZINE , Janvier 2018

Rhââ lovely !!! Voilà la première expression qui me vient en voyant les sommets enneigés. 2018, la neige est de retour. !
Le temps de prendre nos quartiers à Bonne Valette, nous voilà déjà partis skier pour une petite-après-midi d'échauffement afin de préparer les organismes à la semaine de ski.
Après une première journée sous un ciel clément, la suite du séjour s'est passée sous une météo nettement plus capricieuse. Mais, qu'importe, nous avons passé une très bonne semaine, nos guides: Lolo, Pompom, Sylvie, Patrick et Guillaume ont fait parler leur connaissance du terrain pour nous faire découvrir de nouveaux itinéraires.
Sur le domaine d'Avoriaz, Lapisa pour rejoindre Grand Paradis, les Monts d'Hiver pour rejoindre Morgins où nous avons été accompagnés un moment par une harde de 15 chamois :('Magique!!!).
Sur le domaine des Gets, nous avons découvert la Chapelle de Jacquicourt en passant par les Grains d'Or, un retour sur Morzine en passant par Ranfolly ainsi que de nouveaux chemins en forêt : que du bonheur!!!
L'enneigement nous a également permis de réviser les classiques, les Poubelles, le Samos, le Veyrat, la Patenaille, un couloir de la Mossette et le Fornet, avec pour finir, un atelier de bûcheronnage, certains sapins ayant la fâcheuse habitude de se coucher sur les pistes..
Sylvie a également organisé un atelier de sylviculture dont le but était de différencier les sapins mâles des sapins femelles selon la technique du malaxage des branches. Etienne, vraiment très impliqué, a confondu toucher et tâter du sapin. Il s'est retrouvé enseveli sous un sapin ! Le prix de la gamelle d'or lui a été octroyé.
49 personnes présentes au séjour cette année avec des anciens-nouveaux ainsi que des nouveaux vraiment pas nouveaux, une belle équipe, merci à toutes et tous pour cette belle semaine.
Ar'vit !

DAN

_______________________________________________________________

MORZINE: janvier 2017

Les années se suivent et se ressemblent; la neige arrive de plus en plus tard, mais, il y en a toujours pour la semaine de l'A.S....et, c'est vrai !!!
Le travail du service des pistes nous a permis de skier dans de bonnes conditions, nous avons même pu sortir des sentiers battus, grâce à le connaissance du terrain de nos moniteurs préférés.
En début de semaine, il s'agissait surtout de tester notre vision,ainsi que nos réflexes. Aucun problème avec nos yeux d'éperviers et nos muscles affutés. Nous avons fait fi des pierres et des rhododendrons qui s'obstinaient à nous bloquer le passage.
Nos skis, eux, étant un peu plus fatigués que nous, n'ont pu s'empêcher de sympathiser avec quelques cailloux. Mal leur en a pris, ils ont du subir quelques réparations.
A toute chose, malheur étant bon, les skimen ont eu de quoi s'occuper pour ne pas perdre la main.
Un test de VO2 max, a été organisé par Sylvie, dans le style de "C à vous dit " 20 minutes de marche pour monter là-haut faire nos traces.
Comme un seul homme, nous avons dit "oui", sauf, que 20 minutes de montée dans la neige fraîche, c'est long.....!!! et, au fil de notre ascension, le groupe s'est quelque peu étiolé.
Nous partîmes 11 et arrivâmes à 4, dont 3 pas très frais..!!!
La descente fût merveilleuse ou laborieuse selon le degré de forme de chacun; je vous laisse deviner qui a gagné ?
Que serait Morzine, sans le Bar de Bonne Valette , rien, ou pas grand chose.
C'est le point de ralliement, la place où tout le monde aime à se retrouver pour échanger sur les exploits de la journée. L'ambiance y est festive, et la bonne humeur contagieuse.
Le challenge pour le "crû" 2017 a été de finir le séjour à au moins 30 personnes. Disons tout de suite que l'objectif n'a pas été atteint.
Le départ du groupe TOF le mercredi midi (prévu), une rencontre avec un caillou et une bactérie joueuse ont clairsemé le groupe.
Les abondantes chutes de neige à partir de jeudi, ont permis d'aller faire un tour à Châtel pour se restaurer au "Vieux Four" !

Information importante : Les accès à l'Hôtel seront sécurisés pour 2018. Le lundi soir, un squatteur a été retrouvé sur le paillasson d'une chambre au 3èmè étage.
A'rvi !
DAN
________________

Et voici, en plus, quelques anecdotes envoyées par Jean-Marc.

Après une semaine de disette, il faut bien l'avouer, les skis ont souffert de l'excès de granit.
Le vendredi, 30 à 60 cm de poudre nous attendaient, et on a pu se lâcher sans tutoyer les pierres.
Le groupe 5 se retrouvant à 2, a embauché Paul, Véronique, Marie-Hélène et sa cousine Christine, qui ont été enchantés, du moins, je l'espère !!!!
Lors d'un sympathique hors-piste sous le tire-cul du bas de la Lèche, Maurad, après une godille des plus esthétique, vint se vautrer lamentablement aux pieds de Sylvie qui filmait. Peut-être avait-il une déclaration à lui faire car il nous a affirmé qu'il l'avait fait exprès.
Au retour du Vieux Four, alors que l'on prenait les oeufs pour remonter de Châtel, 2 énergumènes ont tenu à tasser les premiers bestiaux rentrés, sans se soucier du nombre déjà présent. Celà déclencha la sécurité et obligea les pisteurs à installer une échelle afin d'évacuer le trop plein: Lolo et Moi-même. Je laisse imaginer les sarcasmes à notre arrivée en haut !!
Nous sommes repartis samedi matin, un peu plus tard que d'habitude: anniversaire de Jean-Luc oblige avec les irréductibles buveurs et chanteurs du bar de B.V.
La neige était de la partie sur la route.

Jean-Marc

________________________________________________________


MORZINE, "le cru 2016"

En ce début d'hiver, le froid et la neige tardent à venir; les différentes webcams montrent plus de vert et de brun que de blanc. Malgré cela, quelques 40 personnes sont venues au séjour, certains, dont moi-même, avec de l'appréhension "Allons nous pouvoir skier?", la réponse est oui, comme à chaque fois, après la pluie, la neige est arrivée !
D'abord à 1800 puis 1500, puis 1000 mètres, le brun et le vert, se sont mués en blanc. Une belle couche de neige nous a permis de skier dans de bonnes conditions, même si le lundi et le mardi, le vent a empêché l'ouverture des remontées d'Avoriaz; un sapin renversé par les bourrasques a même bloqué la piste du Crot.
Ces déconvenues n'ont pas entamé le moral des troupes, puisque le lundi matin a été mis à profit pour déguster quelques nectars (Chignin, Chautagne....) et le mardi !le secteur de Morzinette/ Les Gets a accueilli nos spatules, avec à la clé, un retour par une piste B, traversée par quelques ruisseaux.
Si les conditions météo nous ont empêchés de faire les Portes du Soleil, elles nous ont aussi permis de refaire et de découvrir, grâce à nos super Moniteurs, quelques chemins oubliés, tels que: les Grands Sucs, le Nant des Prés de Lez, les Podzats, la Pesse, les Egouts....
Petit message à l'adresse de l'ONF: nous avons remarqué que les sapins poussent vite..trop vite..Il faut absolument faire quelque chose pour aménager un passage au départ de Chaux-Fleurie, car nous nous sommes quelque peu égarés, et ce n'est que, grâce à Guillaume,qui, à force de voix, a réussi à nous guider pour sortir de ce labyrinthe, certains, trop bas dans la pente, ont transpiré pour rejoindre la bonne trace.
Que dire des soirées!...: comme toujours, très animées ! La "Chorale" se porte bien, un grand merci à Laetitia qui n'est pas la dernière à faire la fête.
Vendredi, la descente aux flambeaux a tenu toutes ses promesses. Le passage en forêt était merveilleux, avec ses tipis et ses chalets sous la neige.
Grand ski, super ambiance, c'est toujours un bonheur de revenir à Morzine, faites passer le message.
Merci à tous et à toutes, vivement 2017 !!!!!

DAN

______________________________________________________

MORZINE 2015

Encore une année de passée, et c'est toujours le même bonheur de nous retrouver chez Laetitia et Jean-Marc, à Bonne-Valette.

Cette année, nous étions 44, des absents, des revenants et des nouveaux venus, tout va bien!
Enfin! tout va bien! tout va bien! nous avions quand même un gros doute quant à l'enneigement, les images des différentes web-cam faisaient un peu peur.
Autant le dire tout de suite, même si l'enneigement n'a pas été exceptionnel, nous avons pu, grâce aux moniteurs: Guillaume, Sylvie, Patrick, Lolo et Pompom, faire de très belles sorties sur pistes, et leur connaissance du domaine skiable est un atout majeur, pour dénicher les endroits où la neige est bonne et où il n'y a pas de traces, même, s'il faut marcher, voire grimper un peu, aux sports d'hiver, comme dans la vie, tout se mérite, un grand merci à eux.

La météo a essayé, à maintes reprises, de nous dissuader de skier, mais la pluie, la neige et le vent, n'ont rien pu faire pour entamer le moral des troupes, sauf pour certains, qui, en raison de leur grand âge, ne sortent plus lorsqu'il pleut trois gouttes, ou qu'il y a un peu de vent. Je tairai leurs noms, mais vous les aurez reconnus.

Cette année, pas de portes du soleil, cela ne nous a pas empêchés d'aller manger à Châtel, dans notre cantine Préférée.

Des vacances réussies, sont une association de sport, de gastronomie et de culture. Pour le sport, pas de problème, nos moniteurs ont veillé au grain, pour la gastronomie, pas de problème non plus! par contre, pour la culture, il nous fallait trouver quelque chose.
Les chanteurs de la chorale " The Bonne Valette Singers" prirent les choses en mains. Ils ont organise des répétitions, afin d'être prêts pour le traditionnel concert du 14 janvier, concert, qui, par sa qualité et sa durée en a ébahi plus d'un.......!!!

Un petit bémol, quand même, la descente aux flambeaux n'a pu avoir lieu à cause des conditions d'enneigement.

Morzine 2015 a vécu et bien vécu, merci à tous, et vivement Morzine 2016 !

Dan

____________________________________________________
PS : Les photos de Morzine 2013 sont mises sur le site,
Accès direct aux photos

 

 
  Explodécouverte
  Actualité du : 24/12/2011 ________________________________

Buenos Aires 30 septembre 2011

Surprise ! surprise ! nous sommes presqu'à l'heure et nos bagages de soute ont l'air d'être au rendez-vous ! est-ce qu'Iberia s'est amélioré? Nous verrons malheureusement au retour, qu'il n'en est rien......

Nous nous immergeons immédiatement dans cette mégalopole attirante et pleine de vie.
Il fait beau, nous sommes dimanche et une virée à LA BOCA s'impose, quartier populaire et coloré où évidemment une horde de touristes a envahi les lieux. Nous vérifions que Maradonna "sosie" est toujours à son poste; nous sommes rassurés, il est bien là, est ce le même que la dernière fois? la question se pose.

SALTA. il pleut !
C'est sous la grisaille que nous emprunterons un engin qui nous est familier: le télécabine qui nous mène au sommet de la colline surplombant Salta embrumée.
La momie d'une princesse Inca, dans un état de parfaite conservation, vient récemment d'être découverte dans la montagne, à plus de 4.000 mètres, elle a déménagé et se trouve au musée M.A.M. nous lui rendons bien entendu, une visite respectueuse.

CACHI village niché à 2.280 m au coeur des Andes est un village paisible.
Pour l'atteindre, nous traverserons un territoire sauvegardé, dit des "cardones" et peuplé de "guanacos" nous avons bien vu les cardones, ces énormes chandeliers épineux, mais de guanacos: point ! Ce n'était pas le jour ni l'heure.

Nous poursuivrons le lendemain à travers ce qui est appelé les vallées Calchaquies,vers CAFAYATE, par une piste poussièreuse mais néanmoins assez bonne.

CAFAYATE, endroit délicieux, au milieu de vignobles, de Bodegas, territoire des gauchos que nous verrons grâce à des manifestations festives qui ont précisément lieu.
Patrice nous déniche un personnage extraverti, parlant suffisamment le français pour se faire comprendre, travaillant pour une agence de tourisme.
Nous ferons affaire et parcourerons avec lui la Quebrada de las Conchas
ainsi que le site préincaïque de Quilmes. Pedro se prend un peu pour Pavarotti et nous entonnera qq airs de son répertoire.

Le bus pour CHICOANA nous laisse comme prévu à la" estation de servicios "de El Carril, où nous attendent nos hôtes de B.O.

B.O. est un hébergement de charme, tenu par Roxanna et Tony un couple de français d'adoption. Ils ont fait de cette petite propriété un endroit délicieux, aménagé avec goût. Leur disponibilté et leur gentillesse font que nous passons des moments très agréables.

Le minibus qu'ils nous ont recommandé pour nous rendre à TILCARA est conduit par un chauffeur novice, mais ils ne le savaient pas encore!!
Nous nous en rendrons compte progressivement; calages répétés, embardées, secousses, erreur d'itinéraire, sens inverse évité de justesse, bref ! nous sommes arrivés sains et saufs, malgré tout.

TILCARA est andain, population, climat. Nous chartons le lendemain deux voitures pour nous rendre aux "salinas grandes" immense plaine de sel située à 4.000 m d'altitude.
Ici, tout est sel, sièges, tables, murs des maisons, la route d'accès est impressionnante, c'est la route du Chili.

Tilcara est située dans la quebrada de Humahuaca, très connue pour ses roches colorées que les livres nomment la palette des peintres.
Le soir, dans une Peña, en dégustant un asado de cordero, nous apprécierons un musicien assez surprenant : Miguel Llave (il a enregistré en France un album : depuis la nuit des temps).

Le retour à Buenos Aires fut assez tourmenté.
Des informations erronées sur le vol de la LAN, ont entraîné l'abandon (provisoire et involontaire) de nos amis Charles et Marie.
Ils sont restés, à Salta !
Nous les récupèrerons, heureusement intacts et en parfaite santé, le lendemain.

Nous ne pouvions pas terminer ce périple sans une soirée dans l'incontournable temple du Tango argentin : "le Café Tortoni".

Le retour aérien nous a rassuré.
Nous nous demandions si Iberia était demeurée fidèle à sa réputation. Nous fûmes rapidement fixés.
On nous a offert retards conséquents et absence de bagage à l'arrivée, celui de Cathy, heureusement récupéré le jour suivant.
Merci Iberia.

A bientôt, pour une prochaine activité.!!!

A.E.
____________________________________________________

 
 
  Randonnées
  Actualité du : 19/03/2018 ________________________________

LES CARRIERES DE JUNAS : Dimanche 18 Mars 2018

C'est une mise en jambe de début de saison avec le plaisir de se retrouver, et puis..... la météo qu'on annonçait perturbée, fut finalement clémente réservant ses chutes de neige à d'autres régions; merci le Ciel !!

De nombreux villages possèdent un Château, c'est donc au départ du Château de Villevielle (11ème siècle) que nous nous enfonçons dans ces sentiers rocailleux.

Tiens ! les ruines d'un moulin à eau, et puis un peu plus loin, pour ne pas être en reste, celles d'un moulin à vent, que le temps a privé de ses ailes !!!
On ne peut s'empêcher de faire une comparaison avec ces parcs d'éoliennes qui, en rangs serrés dénaturent maintenant le paysage.

Une robuste table de pierre, digne du Moyen-Age, nous offre un solide confort pour installer notre pique-nique.
Nous sommes dans les anciennes carrières de JUNAS, où, pour agrémenter le site, des artistes inspirés ont laissé leur inspiration sculptée sur la pierre.

Sommières ! un petit bistrot coincé entre la route et la VIDOURLE, un petit moment pour notre petit pot devenu traditionnel.

A une prochaine rando !!

A.E.

_______________________________________________________________


LES CEVENNES : W.E.des 28 et 29 octobre 2017

Le sol crisse sous nos pas, ce sont les cosses de châtaignes qui jonchent en abondance le sentier.

Le soleil s'est invité; il tempère l'effet de la bise glaciale qui est bien présente.
Nous avons laissé le petit village du Pompidou derrière nous, et descendons, à l'abri temporaire du vent un sentier facile.

Bientôt, apparait une petite église de style Roman, c'est l'église de Saint-Flour, désaffectée, mais pas pour tous, car à l'intérieur, un volatile apeuré par notre arrivée, se démène dans tous les sens, se heurtant aux vitraux; fort laids d'ailleurs.

Nous sommes en pays Cévenol, si attirant, si sauvage; c'est toujours un émerveillement de pouvoir contempler ces vallons boisés, dorés par l'automne, vierges de toute constructions.

C'est devenu une tradition de passer un W.E. à la Barre des Cévennes, chez la famille Combes, où les repas sont pantagruéliques, ce qui fait dire à Jean-Paul, avec humour, que dans notre activité, le gîte est le principal, et les randonnées, l'accessoire.

Le circuit de la mise en route du samedi nous amène à accrocher le regard inquisiteur et inquiétant d'un monstrueux spécimen de la race bovine: un taureau blanc dont, selon Patrick, le poids doit avoisiner la tonne. Impressionnante rencontre.

Une emplette de noix au village nous fit connaître un habitant qui nous fît don de châtaignes, (elles sont petites cette année). Joëlle, avec compétence et détermination, a pris les choses en mains. Ces châtaignes soigneusement grillées dans l'âtre du gîte, bien que petites, étaient savoureuses.

Bien sûr nous n'avons pas omis de nous payer de petites siestes, installés inconfortablement sur un sol bien rocheux, pour se protéger d'un vent toujours présent.
Je pense que nous aurons bientôt la très grande chance de pouvoir admirer les remarquables créations photographiques issues du mitraillage du duo Nadia/tablette.
Elles devraient être bientôt sur le site.
A une prochaine.


_______________________________________________________________

Dimanche 17 septembre 2017
nous avons démarré la rando en longeant la Vidourle (cours d'eau Cévenol), dont les crues mémorables "les Virdoulardes" tout en étant au pied du bois de Coutach.
Nous avons pu découvrir les champs de micocouliers, bois servant à la fabrication des fourches. Nous avons enjambé la Virdoule.
Sur le vieux pont du 12ème, nous avons franchi quelques marches afin d'arriver sur les hauteurs du village médiéval de Sauve, et, peu de temps après, sur un plateau.
Nous avons longé l'enceinte du château de Roquevaire (rocher qui varie de couleur selon la lumière). Un petit arrêt s'est imposé, car nous pouvions visiter le Château: W.E du Patrimoine. Son origine est incertaine,. On tient pour sûr, qu'il fut transformé au 12ème par Henri Delmas, Abbé commanditaire de Sauve, il en fit sa résidence de repos.
Roquevaire fut incendié en 1703 par une troupe de Camisards. Pendant 2 siècles, il servit de caveau à une famille protestante.
Nous avons rejoint un vieux chemin entre des murets de pierres sèches qui révèlent l'ampleur du travail que les Sauvains ont accompli pour dépierrer leurs parcelles, afin de pouvoir les cultiver.
Sur notre sentier s'est trouvé l'Aven de Sauve, gouffre de 40 m de profondeur et 90 m de circonférence.
Il fut exploré par un célèbre spéléologue Edouard Mattéï, qui démontra que la Vidourle se perd sous terre pour affleurer au niveau de ce gouffre.
Nous avons déjeuné au Mazet restauré (construction typique de la garrigue. Nous avons continué notre chemin pour enfin, atteindre la porte des secrets et avons traversé la "mer des rochers". Spectaculaire est ce chaos de rochers, appelé lapiez qui domine la végétation. C'est un phénomène propre aux roches calcaires mis à nu. Ensemble de rochers sculptés par la pluie et le vent.
Nous avons descendu vers le village, et avons profité de cette journée du patrimoine pour visiter le conservatoire de la fourche.
A Sauve, les fourches poussent dans les champs, selon un savoir faire datant du 12ème. Cet écomusée nous invite à percer un mystère jalousement gardé depuis plus de 800 ans.
Nous avons pénétré dans l'antre de production des fourches, et avons découvert un savoir faire ancestral unique en France.
Pour terminer, nous avons flâné dans ce magnifique village médiéval, où Maria et Andriano ont eu la gentillesse de nous offrir un pot, après ce parcours d'une vingtaine de Kms.
Anne-Marie DAMADE

_______________________________________________________________


Dimanche 25 Juin 2017
Bruno nous avait alerté, c'est donc sans surprise que nous trouvons, ce dimanche matin, le point de départ de notre randonnée bouclé: motif: course pédestre au départ et à l'arrivée de GIGONDAS!
Nous trouvons néanmoins des places pour nos voitures, sur l'aire accueillante d'une Cave à vin, si nombreuses dans le secteur.
Il fait très chaud; plus de 35° à l'ombre. Le petit village de Gigondas connait une forte effervescence: participants à la course, badauds et amateurs venus encourager les coureurs.
Il nous suffit de franchir la ligne d'arrivée (à l'envers) pou trouver la montée, début de notre itinéraire qui est commun avec celui de la course.
Nous croisons donc beaucoup de participants: des jeunes, des plus agés, des décontractés, des tendus et anxieux; ils sont en descente, l'arrivée est proche.
Un peu d'ombre le long du chemin nous fait le plus grand bien.
Un lieu de pique-nique ombragé constitue aussi la croisée des chemins.
Deux options: une variante facile, et un sentier pentu menant à la base des Dentelles.
Le choix: 8 sur 10 bravo!
Finalement, la difficulté essentielle de cette rando, fut, au retour à Gigondas, de dégoter un bistrot.
Il n'y en a pas!! juste des restaurants et des Caveaux à vin.
Finalement, est déniché, un petit restaurant qui nous servit à boire.
Ouf! la tradition est respectée.
A bientôt
A.E.




Dimanche 26 Mars 2017: LES ALPILLES
Des trombes d'eau tombent sur la région...!!!
Mais çà c'était le samedi.
Dimanche matin, grand soleil, ciel d'azur....
Nous sommes à Eygalières, petit village provençal, dominé par un piton rocheux sur lequel, on peut apercevoir la ruine d'un château !
Nous nous enfonçons dans les Alpilles, petit massif montagneux dont le nom dérive d'un vieux dialecte provençal :Lis Aupiho, les petites Alpes;
Petit Calan à notre gauche, gros Calan à notre droite, nous poursuivons donc entre les Calans, dans une combe boisée qui débouche sur une ligne de crête, d'où le panorama est de toute beauté.
Marie et Charles en profitent pour éplucher leur première banane!!après que Charles soit allé rechercher les sous qu'il avait généreusement semé sur le chemin.
Nous sommes à 220m d'altitude!!!!mais la vue vaut vraiment le coup.
Les crêtes dentelées dans le fond, les deux Calans de chaque côté, le village que l'on aperçoit dans une échancrure, avec dans le lointain, le Ventoux encore coiffé de neige.
nous regagnerons Eygalières, après la petite sieste traditionnelle. Le bourg est bien animé par un concours de pétanque et une brocante de rue.
A bientôt les Amis pour une prochaine rando.
A.E.
______________________________________________________________

Dimanche 6 novembre 2016, Autour de Quissac
Tiens ! des argousiers, les baies sont un peu mûres, mais excellentes ! et puis, il paraît que c'est bon pour le foie!!
Le sentier que nous suivons doit nous conduire à la Chapelle se Pise, but de cette randonnée.
La météo, bien intentionnée, avait prévu un temps pluvieux et perturbé! Il fait beau !!
C'est un environnement champêtre que nous traversons.
Les propriétés de la gauche du chemin, encombrées par un rassemblement de cavaliers avec leurs montures, dans celles de droite, des taureaux camarguais nous regardent passer d'un air placide (en apparence!)
Un peu plus loin, une retenue d'eau semble être le lieu favori de détente de quelques pêcheurs somnolents qui surveillent d'un œil distrait les cannes à pêche installées en permanence sur la berge.
Mais, voici que le décor change, tout paraît bien ordonné. Nous arrivons dans un domaine privé ouvert au public.
Au détour du sentier apparaît la fameuse Chapelle de Pise, bâtiment austère, comme le sont souvent les Eglises Réformées.
Nous ne pourrons visiter l'intérieur, elle est fermée comme un coffre-fort !
Le soleil déclinant met en relief la beauté et la sérénité du site.
Nous en profitons pour faire une petite halte.
Le voitures ne sont plus loin maintenant.
A.E.

______________________________________________________


W.E des 3 et 4 septembre 2016: L'Ile Sainte Lucie
Le chemin poussiéreux de terre blanche est aveuglant sous un soleil tropical. Nous arrivons à ce que l'on peut appeler le parking de l'Ile Sainte Lucie.
Inutile de chercher une place à l'ombre sur ce terrain en plein champ: il n'y en a pas. La température est d'au moins 35°.
L'Ile est partiellement ombragée. Il nous suffit de passer l'écluse pour arriver dans ce sanctuaire.
Le parcours est facile, la vue est belle, nous faisons le tour de cette petite île coincée entre la lagune à l'ouest et la Méditerranée à l'est.
Nous terminerons en longeant un canal marin creusé à l'époque Romaine !!!
Quelle chance, nous découvrons une table de pique-nique accueillante et ombragée !
Pique-nique 3 étoiles.
A.E.

_______________________________________________________

Dimanche 19 juin 2016, St Quentin-la-Poterie
Le museau au raz du sol, Gaîa file, suivant un parcours dont elle seule détient le secret.
Soudain! elle s'immobilise, renifle attentivement le sol,et commence à gratter. Elle s'assoit ensuite tranquillement, regardant Patrick venu extraire un tubercule ! c'est une truffe!!
Elle sollicite ensuite, la petite récompense qu'elle sait avoir méritée.
Gaïa est une chienne labrador de couleur fauve, c'est un chien truffier, elle a suivi, avec succès, une formation pour ce type de recherches.
Nous sommes sur une parcelle de forêt où prospèrent les chênes verts et les noisetiers, arbres propices à favoriser la croissance de certaine catégorie de truffes, blanches en cette saison.
La récolte est bonne, et Gaïa a bien travaillé.
Après un petit périple dans la garrigue, Pascale et Patrick, fins connaisseurs, nous préparent une dégustation de ces petits tubercules: pain, beurre, fines lamelles de truffes, un peu de sel, et le tour est joué, c'est excellent.
Un grand merci à eux pour cette heureuse initiative instructive et gustative.
A bientôt pour une prochaine rando.
A.E.
_______________________________________________________

RAMATUELLE : Dimanche 24 Avril 2016
C'est en tee-shirt que nous abordons ce sentier des douaniers, rebaptisé,(actualisation oblige): sentier du littoral.
La Presqu'île de St-Tropez est relativement épargnée par l'urbanisation envahissante de la Côte.
Cela oblige néanmoins le sentier à suivre un itinéraire capricieux afin de contourner certaines propriétés côtières; il s'ensuit, qu'une partie du parcours comporte des marches d'escaliers, ça monte et ça descend.
Le rivage méditerranéen en cette saison est particulièrement agréable, en plus des couleurs, le parfum délicat des fleurs de printemps de toutes variétés accompagnera notre périple.
Une crique accueillante offre à un certain l'occasion d'une petite sieste .
Zoé, vaillante, nous a suivi allègrement jusqu'à ce que la succession des escaliers aux marches un peu hautes ne l'épuise. Elle trouva un bon portage dans le sac à dos de son maître.
A bientôt pour une prochaine virée.
A.E.


_____________________________________________________

Haut Languedoc : les 12 et 13 septembre 2015
Est ce bien intéressant de commenter un W.E de pluies importantes, nous contraignant à qq visites touristiques, ce qui nous a permis de rapporter qq petites clochettes!!!
Comprenne qui saura !
Rendez-vous pour une prochaine rando pour laquelle nous espérons des conditions plus favorables.
A.E.

_______________________________________________________

LA VERDIERE : Dimanche 7 Juin 2015

On peut considérer que cette rando s'inscrit dans le cadre d'une connaissance de la Nature et des actions de protection des espaces naturels: paysage, faune et flore.

C'est à l'initiative de Jean-Paul (le nôtre) de s'être mis en relation avec Jean-Paul (l'autre, agent de l'ONF), que nous avons parcouru cet itinéraire du Conservatoire d'espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Territoire protégé contre les agressions d'origine humaine pesticides, pillage de la flore, débroussaillage sauvage.....Nous avons pris conscience des efforts entrepris pour préserver ou reconstituer les conditions d'un environnement d'exploitations traditionnelles: reconstitution des fossés et des haies, nichoirs naturels de beaucoup d'oiseaux, protection des zones humides. L'aspect géologique fut également abordé, responsable du modelage du paysage.
Cela dit, le ciel nous fût clément, bien que lourd et orageux dans l'après-midi.

Afin de clore d'une manière satisfaisante cet enseignement réclamant une attention par moment éparse (n'est-ce pas Thomas !) nous décidons à l'unanimité de nous octroyer une récompense en rejoignant un de nos espaces protégés favoris, à quelques encablures de La Verdière : il s'agit "des deux saveurs" à Jouques où l'enjeu d'un pari attend toujours notre ami Charles !!!!!!

A bientôt pour la prochaine rando .
A.E.

_______________________________________________________

N.D de la Consolation: Dimanche 26 Avril 2015
La météo avait prévu de la pluie en abondance!! nous eûmes donc une journée ensoleillée.
Jouques ! jour de marché, Christine et Anne en profitent pour faire quelques emplettes: fraises, asperges, que nous ne consommerons pas en rando, nous avions prévu autre chose.
La montée par le chemin rocailleux est très agréable, d'autant que Thomas nous accompagne de ses observations judicieuses.
Le plateau nous offre un panorama sur la vallée de la Durance.
Nous cheminons à travers une garrigue où le thym et le romarin nous accompagnent en un environnement odorant.
Une petite combe, puis nous voici face à cette petite Chapelle malheureusement verrouillée, ornée d'une rustique croix de bois .
Le sentier qui suit donne l'occasion à Christine et Anne de faire une provision de thym et à Marjorie un bouquet de lilas mauve.
Nous ne pique-niquerons pas.
les Deux Saveurs, petit restaurant Antillais nous a préparé une table sur la terrasse. Charles, nous avons bu un Ti-punch à ta santé regrettant ton absence, en savourant des mets délicatement parfumés.
A bientôt!
A.E.

_______________________________________________________

15 et 16 novembre 2014, La Barre des Cévennes
Tout d'abord, merci à Anne-Marie pour sa transmission des éléments concernant ce W.E.

Jean-Paul nous avait dit " Je retournerais bien en Cévennes en novembre, ce doit être magnifique"
Aussi, ce fût un retour, le temps d'un W.E. dans cette région boisée et accidentée, où l'on écrase en marchant, les châtaignes tombées sur les chemins, avec un hébergement devenu classique, dans la famille Combes, qui nous laisse toujours un souvenir impérissable.
L'itinéraire emprunté, serpente à travers des prés particulièrement humides en cette saison, ce qui fait que nous pataugeons dans un mélange de boue et de ce que laissent habituellement les vaches sur le sol pour le fertiliser.
C'est beau la Nature.
De retour au gîte, un incident nous donne l'occasion de faire notre B.A.
Thème: recherche dans la nature, d'une jeune randonneuse égarée, son absence au gîte apparaît inquiétante.
Elle fût retrouvée en profonde contemplation, auprès d'un troupeau de vaches regagnant leur étable, C'est beau la nature !!
La température extérieure ne dépassant pas les 4°, nous apprécions vivement la chaleur du feu dans l'âtre du gîte, après une courte visite à Florac.
A bientôt pour d'autres "aventures"
A.E.
_______________________________________________________

13 et 14 septembre 2014: Le Pech de Bugarach
Mais! où sont donc passés les E.T ????
Nous sommes à Bugarach, à Camp d'Arly, très petit village à proximité du devenu célèbre site.
Nous sommes accueillis par une personne que l'on pourrait qualifier de "rustique", c'est la patronne du gîte; néanmoins elle s'avèrera une excellente cuisinière, ce qui n'est évidemment pas pour nous déplaire.
Dirigée par Alain, la montée au Pic commence.
Il faudra un peu plus de 2 heures pour en atteindre le sommet.
La vue est magnifique, la météo est idéale, les sentiers de descente, beaucoup moins, voir les photos ! ! !....
Chacun a fait le choix de suivre des voies différentes, il s'ensuit que Marie et Patricia se sont retrouvées au village de Bugarach, à 10 km par la route.
Charles et moi sommes partis vainement à leur recherche, l'unique buvette du village était déserte, c'était bon signe!.
Le lendemain, découverte des châteaux Cathares dont Peyrepertuse, par les gorges de Galamus, son Ermitage blotti à flanc de falaise, et la village de Cucugnan dominé par un superbe moulin à vent dont on peut se demander s'il n'avait pas inspiré Alphonse Daudet, mais nous ne vîmes pas le Curé !!!
A.E.

_______________________________________________________

7,8,9, juin 2014, Ile de BREHAT en Côte d'Armor

Nous cheminons dans un dédale complexe de venelles bordées de hauts murs de pierre, tirant derrière nous nos volumineux bagages, attentifs à suivre un itinéraire compliqué qui doit normalement nous conduire à "l'Idée fixe" notre gîte.
Nous sommes sur l'Ile de Bréhat berceau familial de Valérie Bertrand, c'est sur sa proposition que nous avons conclu cette activité qui doit comprendre kayak de mer et connaissance de l'environnement marin de cette très belle région de Bretagne.
L'Idée fixe est atteint. La porte de bois logée dans la muraille est poussée, et nous découvrons ce que sera notre résidence pour 3 jours: un joli jardin fleuri et arboré avec goût encadré de deux maisons rustiques et traditionnelles.
Nous découvrons dans un pré clos attenant, deux moutons noirs tout droit sortis d'une B.D. de F'Mur. Notre arrivée les laisse tout à fait indifférents, occupés à brouter consciencieusement leur carré d'herbe.
Les intérieurs sont pittoresquement d'époque, avec même dans l'une des pièces, deux lits clos qui firent le bonheur de Lolo et Véronique.

Le dernier bateau du continent vient d'arriver! Tout le monde est là ..?

Non ! il en manque un, et c'est :......

Eric, une victime de la conscience professionnelle.
Valérie, a pu faire récupérer notre ami par un zodiak de ses connaissances.

Le kayak de mer ! C'est une activité inhabituelle pour nous, et nous nous dirigeons vers le centre nautique.
La mer est belle, pas trop basse, pour que nous n'ayons pas trop
à parcourir pour mettre le matériel à l'eau; et c'est parti !!!!
Pas de perte humaine pour le premier jour, ainsi nous serons tous ponctuels à "KERRIEN" la maison familiale de Valérie, où nous sommes conviés à dîner.
Valérie et sa sœur Anne, nous y attendent, ainsi que d'énormes tourteaux, et tout ce qui va avec.
Patrick et Pascale ont apporté des truffes de leur récoltes; aidés de Marine, ils nous concoctent une petite préparation apéritive du plus joli effet.
En guise de "trou normand" et avant le dessert typiquement
"Bréhatien" Valérie et Anne, nous emmènent du côte du phare du Paon, faire un peu de culture physique, mais çà nous ne le savions pas encore.
et nous voici, à la nuit tombante, occupés à débarrasser les pelouse côtières des galets inopportuns que certains touristes empilent les uns sur les autres pour des raisons occultes.
bref! nous avons fait notre B.A. et participé au respect de l'environnement, nous pouvons rentrer maintenant attaquer ce fameux dessert traditionnel de l'Ile.
Après un retour pour ainsi dire à tâtons dans la nuit noire, il n'y a pas d'éclairage public à Bréhat et la lune n'était pas au rendez-vous, et une nuit de repos, nous sommes dispos pour aborder la suite du programme.
Un gros zodiac nous attend à la base nautique, pour une découverte du milieu marin: goélands, cormorans, fous de Bassan et autres ,
ainsi que les rochers et récifs, courants, et algues vertes comestibles, dont certains se sont régalés.

Au revoir Bréhat, finalement, après bien des ajustements, ce projet
a pu se réaliser.
Merci à tous et particulièrement à Valérie et Anne.

A.E.
____________________________________________________

LE CONCORS : 6 Avril 2014

Premières retrouvailles de début de saison; le soleil, bien présent, a tenu, lui aussi, à participer.
il faisait chaud sur cette montée, malheureusement enlaidie par des travaux forestiers.
Nous avions, cette année, un participant de marque "indéfinie" le chien Pollux, qui a brillamment réussi son examen de passage.
La principale difficulté fût de trouver un coin propice, à l'ombre, pour mettre la table et s'installer pour casser la croûte.
La petite Chapelle était fermée (à juste titre) ce qui nous a privés d'un Aria "A cappella" de notre ami "Baladin"
Comme rien ne nous est impossible, nous avons déniché un coin de rocher qui fit l'affaire.
Afin de respecter une tradition bien ancrée, nous nous sommes retrouvés à Jouques, autour d'une table d'un café restaurant dont la joviale patronne nous a ravi, surtout Charles, qui retrouvait une "payse" des Iles.
Nous nous sommes promis de revenir plus longuement "aux deux saveurs" pour une découverte plus approfondie de cette cuisine Antillaise.
A bientôt pour une prochaine rando !!!

A.E.

______________________________________________________

CAMARGUE : 3 novembre 2013

Ce mois de novembre, que la révolution française avait renommé "brumaire", nous a offert un dimanche venté mais ensoleillé.
Rando sans histoire, en terrain plat, bordé de flamants et de taureaux apparemment placides, le tortionnaire du touriste allemand ne devait pas être là !!!
Avons croisé quelques cavaliers promeneurs, ainsi qu'une carriole, et, aussi quelques flamants roses qui n'ont pas fait attention à nous, le gros de la population étant bien occupé à picorer, à une certaine distance, dommage !!
Nous nous quitterons aux "Saintes" autour d'un pot bienvenu.
A une prochaine,

A.E.


PELVOUX, Hautes Alpes: 4 & 5 mai 2013

Que retenir de ce WE dans les hautes montagnes du parc des Ecrins ?
Tout d’abord un gite très accueillant, chaleureux que nous avons apprécié tant pour la cuisine que pour le confort (bien que certains aient trouvé à redire sur le grincement des sommiers.)
De plus, le gîte se nommant LA BLANCHE a donné le thème de nos randonnées, puisque nous avons été confrontés à la neige et aux névés, à chacune de nos escapades.

Samedi, sous un soleil radieux et inespéré, nous avons cheminé tranquillement, quelques marmottes faisant de courtes apparitions, jusqu’au hameau d’Eychauda encore sous la neige, endormi par l’hiver.
A la chapelle notre ami Robert nous a régalés d’un sublime chant Corse. Encore merci Robert pour ce moment d’émotion.
La marche dans la neige devenant trop ardue, parfois nous nous enfoncions jusqu’aux genoux, nous avons du renoncer à poursuivre notre avancée, et fait halte pour le pique nique, suivi de la sieste habituelle sous un soleil généreux.
Soleil et réverbération de la neige, ont donné une jolie couleur rouge vif à notre ami Christian, qui ne s’était pas méfié.

Dimanche, le temps moins clément, ne nous a pas empêchés de nous diriger vers le Pré de Madame Carle. Paysage minéral grandiose avec ses sommets enneigés et ses roches sombres, laissant courir des cascades et torrents généreux.
D’un côté le sentier, que nous empruntons, de l’autre côté la route et au milieu une rivière puissante.
Au fur et à mesure de notre avancée le sentier disparaissait de plus en plus sous la neige. Après plusieurs traversées de névés, la progression est devenue quasi impossible. L’opportunité de traverser la rivière s’est présentée grâce à une grosse avalanche recouvrant totalement la rivière. Nous avons pu ainsi rejoindre la route en toute quiétude, croisant quelques randonneurs à skis sur le chemin du retour.

Un peu avant, dès la 1ere rencontre des névés, Charles a préféré quitter le groupe.
Objectif, traverser le torrent par tous les moyens avec l’aide de Christian.
Essai n°1, jeter des pierres dans l’eau pour faire un passage. Plan abandonné au bout de 10 minutes au vu du courant, de la largeur et de la profondeur de la rivière. Essai n°2, droit dedans, résultat, nous les avons retrouvés en chaussons, chaussures détrempées.

Au retour aux voitures, nous nous sommes restaurés au chaud, dans l’unique buvette ouverte ‘’la belle Rosse’’.
10 m² chauffé par un poêle, 2 tables et une charmante vielle dame. Elle nous a laissés se restaurer au chaud à l’intérieur à l’abri de la pluie, en même temps nous avons du être ses seuls clients de la journée compte tenu de la météo..
Puis chacun a pris la route du retour.

B.G.

___________________________________________________



 
Accueil | Actualités | Ski alpin | Randonnées | Explodécouverte